ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Politique

24.03.2020 - mar. : 14'47 - Mise à jour 24.03.2020 - mar. : 14'47

Un gouvernant pour la divulgation de la bataille de Cuito Cuanavale dans la région

Menongue (Angola) - Le ministre de la Défense, Salviano Sequeira, a défendu que la diffusion des faits de la bataille de Cuito Cuanavale, qui a abouti à l'abolition du régime d'apartheid en Afrique du Sud et à l'indépendance de la Namibie, ne devrait pas être la seule responsabilité du gouvernement angolais, mais aussi de tous les pays d'Afrique australe.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Mémorial de la Bataille de Cuito Cuanavale

Photo: Gaspar dos Santos

S'adressant lundi à la presse, au terme de l'acte symbolique et restreint des 32 ans de la mémorable bataille de Cuito Cuanavale, qui s'est déroulée de 1987 à 1988, dans la municipalité historique de Cuito Cuanavale, province de Cuando Cubango, le ministre a souligné la nécessité pour les pays membres de s'engager pour donner une plus grande visibilité à ce conflit.

Pour Salviano Sequeira, cette stratégie partagée montrera non seulement aux générations actuelles, mais aussi à celles à venir, combien a coûté la liberté, non seulement au peuple angolais, mais aussi particulièrement à la Namibie et à l'Afrique du Sud.

Il a rappelé qu'avec la victoire du 23 mars, il a été possible de trouver une solution au problème de la Namibie, qui était à l'époque occupée par les troupes sud-africaines et de l’Afrique du Sud au régime d'apartheid de la minorité blanche d'alors qui opprimait la majorité noire sud-africaine.

Selon lui, la victoire dans la bataille avait permis les conversations entre les parties angolaise, cubaine et sud-africaine sous la supervision des États-Unis d'Amérique, lesquelles ont abouti aux accords de New York.

"Par conséquent, après ces accords, nous avons vérifié la libération de la Namibie, la SWAPO assumant la libération de Nelson Mandela et, par la suite, la remise du pouvoir minoritaire à la majorité noire en Afrique du Sud. Aujourd’hui, la Namibie comme l'Afrique du Sud sont indépendantes», a expliqué le responsable, en représentation du Président de la République, João Lourenço.

Le ministre a dit qu'il voyait le 23 mars comme une date importante, non seulement pour la République d'Angola et pour les Angolais, mais aussi pour les peuples qui composent les pays d'Afrique australe, car cette date est dédiée à tous les combattants tombés dans la lutte contre l'apartheid sud-africain.

Selon Salviano Sequeira, c'est pourquoi la SADC, pour donner plus de portée contre l'apartheid, a trouvé la date du 23 mars, une célébration régionale, commode, car c'est ce jour-là que les Sud-Africains ont subi la plus grande défaite à Cuito Cuanavale, mais précisément dans le Triangle de Tumpo, où leurs unités ont été forcées de battre en retraite, en territoire namibien.

Lire aussi
  • 23/03/2020 12:06:22

    La bataille de Cuito Cuanavale, 32 ans après

    Luanda - La fin du régime de ségrégation raciale en vigueur en Afrique du Sud, la libération de Nelson Mandela et l'indépendance de la Namibie qui en résulte sont les principaux acquis de la bataille de Cuito Cuanavale, qui marque ce lundi son 32e anniversaire.

  • 23/03/2020 11:14:09

    Confirmation de la tenue des festivités de la bataille de Cuito Cuanavale

    Menongue - Le gouverneur de Cuando Cubango, Júlio Bessa, a confirmé dimanche, la réalisation, ce lundi des festivités du 32e anniversaire de la bataille de Cuito Cuanavale, qui seront présidées par le ministre de la Défense, Salviano Sequeira, au siège de cette municipalité historique.

  • 22/03/2020 15:22:42

    Le PR clarifie son voyage en Namibie

    Luanda - Le Chef de l'État angolais, João Lourenço, a précisé samedi, à Luanda, que son voyage en Namibie et les vols vers l'Afrique du Sud, le Brésil et le Portugal relèvent des mesures exceptionnelles prévues par le décret législatif présidentiel.