ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Politique

24.06.2020 - mer. : 09'56 - Mise à jour 24.06.2020 - mer. : 09'56

La société désapprouve "l'attaque" contre Neto

Luanda - Humaniste et défenseur des opprimés sont quelques valeurs attribuées, mardi, par les leaders d'opinion, à la figure du premier Président angolais, António Agostinho Neto.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

António Agostinho Neto, premier président d'Angola

Photo: Fotos: Pl

Selon ces citoyens, qui ont réagi à une publication du journal "Folha 8", assimilant l'ancien président à des personnalités considérées comme des défenseurs de l'esclavage, Agostinho Neto s'est battu contre toutes les formes de discrimination.

Concernant la publication, le professeur Belarmino Van-Dúnem a indiqué que l'association faite à la figure de l'ancien président de la République, par le journal Folha 8, est "hors contexte".

"Agostinho Neto était un homme qui luttait contre le colonialisme et toutes les formes de discrimination. Il s'est révélé être un véritable humaniste", a-t-il déclaré à Angop.

Il a affirmé que cette dimension humaniste d'Agostinho Neto peut être vue dans ses poèmes et dans les différents discours qu'il a écrits.

L'analyste politique estime également que ce type de journalisme pratiqué par ce journal privé, à qui il propose des excuses, est injuste, de mauvaise foi, peu sérieux et inacceptable.

"Je pense que le journal Folha 8 devrait présenter des excuses publiques à la Fondation Agostinho Neto, à la famille du Dr Agostinho Neto, au MPLA et au peuple angolais en général", a-t-il défendu.

Comme l'a dit l'analyste et professeur d'université, "rien dans la biographie d'Agostinho Neto ne peut l'associer aux défenseurs ou protecteurs de l'esclavage", ayant au contraire été "panafricaniste".

"Agostinho Neto s'est battu pour la liberté de chacun d'entre nous et mérite le respect du peuple angolais et du monde. Durant son parcours, il a agi selon les circonstances, tous les hommes et les femmes doivent être compris en leur temps et le peuple angolais sait que António Agostinho Neto est l'un des enfants les plus aimés de ce pays ", a-t-il conclu.

Pour sa part, l'historien Melquiades de Kerlan renforce également qu'il est injuste d'inclure le nom d'Agostinho Neto dans l'éventail des personnalités mondiales considérées comme des défenseurs de l'esclavage.

Selon l'historien, en raison de sa trajectoire sociale et culturelle, le message de l'abolition de l'esclavage se détache, soulignant que les Angolais doivent se souvenir de lui, en tant que nationaliste, poète, éminent universitaire dans le domaine de la médecine, homme politique et homme d'État.

Un autre historien, Paulo Salvador Cacoma, qualifie également Agostinho Neto de "miroir de libération pour l'Angola et l'Afrique", renforçant le fait qu'il a rejeté la proposition de la PIDE-DGS comme informateur.

Selon lui, c'est "une indication qu'il détestait le racisme et d'autres maux".

A son tour, le directeur du Monument à la paix à Moxico, Raimundo Zango Machai, a affirmé qu'Agostinho Neto a laissé un héritage que personne ne pourra effacer et "même les tentatives de ternir son nom ne pinceront pas les faits pour l'Afrique".

Qui répudie également le contenu du texte journalistique est l'évêque du diocèse de Mbanza Kongo (province de Zaire), Dom Vicente Carlos Kiaziku, qui le considère comme une affirmation "d'une forte dose de légèreté".

Selon l'évêque catholique, aucun homme n'est exempt d'erreurs, mais une implication de cette nature doit être étayée par des preuves concrètes, ayant invité l'auteur de cet article à prouver ses affirmations par des faits.

"António Agostinho Neto est une figure reconnue au niveau national et international en tant que héros et défenseur de la liberté des peuples opprimés, il considère donc qu'il est contradictoire de l'assimiler à la catégorie des oppresseurs", a-t-il commenté.

Le Père José Muacahamba, de l'Église catholique de Lunda Norte, a une opinion similaire, qui considère Agostinho Neto comme un libérateur né et une figure de prestige mondial.

Pour le prêtre, Neto représente la bravoure, la détermination et le courage des Africains, et doit être comparé à d'autres grands leaders des mouvements de libération en Afrique et dans le monde.

De son côté, Davil Alberto Mavinga, nationaliste et ancien militant du FNLA, a déclaré que Agostinho Neto devait être rappelé avec justice et que rien ne justifiait l'inclusion de son nom dans la gamme des personnalités mondiales défendant l'esclavage.

Selon l'homme politique, qui a reçu Agostinho Neto en 1975, dans la municipalité de Ganda, pour le parti FNLA, il était un homme qui voulait la liberté et ne pouvait en aucun cas figurer sur la liste de ceux qui défendaient l'esclavage.

"Ma conscience ne me permet pas de dire qu'il doit figurer sur la liste des personnalités considérées comme les défenseurs de l'esclavage, car l'esclavage a été aboli au XIXe siècle en Angleterre, et il a commencé la lutte au XXe siècle et a toujours défendu la liberté", a-t-il souligné.

À cet égard, les membres du MPLA, dont le premier secrétaire dans la province de Moxico, Gonçalves Muandumba, João Diogo Gaspar, membre du BP du parti au pouvoir, et le deuxième secrétaire du MPLA à Bié, Anastácio Severino Sambowe, ont  appelé les promoteurs de cette idée  "à ne pas confondre 27 mais avec l'esclavage.

Lire aussi
  • 22/06/2020 18:01:51

    L'adjoint au Procureur général en déplacement à Malanje

    Malanje - L'adjoint au Procureur général de la République (PGR), João Luís de Freitas Coelho, a débarqué lundi dans la ville angolaise de Malanje, pour une mission de trois jours destinée à superviser les actes de fonctionnement du bureau local de cet organisme de la justice.

  • 22/06/2020 14:49:22

    Le MPLA réitère la tenue des élections locales en Angola

    Luanda - La vice-présidente du MPLA, parti au pouvoir en Angola, a réitéré dimanche que cette organisation politique misait sur la tenue des élections municipales prévues fin 2020 dans le pays.

  • 19/06/2020 11:31:54

    Approbation de la loi fondamentale sur le système de paiement

    Luanda - La proposition de loi fondamentale sur le système de paiement de l'Angola a été approuvée jeudi, dans la généralité, à l'unanimité, par l'Assemblée nationale (Parlement angolais).